Graphique Bitcoin EUR (BTC/EUR) CoinGecko

«Les blockchains ne passent pas à l'échelle» - vraiment?

Il y a une rhétorique dominante parmi les passionnés de monnaie numérique et les «personnalités» qui disent que «les blockchains ne passent pas à l'échelle» ou qu'elles ne le font pas bien. C'est cette rhétorique qui a convaincu un grand nombre de partisans de BTC à se rallier derrière le mantra "offchain" c'est-à-dire «en dehors de la blockchain». Année après année, nous voyons des conférences sur la blockchain discuter des merveilles de la technologie, et dans le même élan, elles déclarent que sortir les données de la chaîne est en quelque sorte une bonne chose.

Pour beaucoup de ces personnalités qui ont passé d'innombrables heures à lutter contre l'écriture des données sur la chaine, Bitcoin SV représente un adversaire qui remet en question toute leur philosophie. C'est pour cette raison que vous entendez des gens comme Adam Back déplorer les réussites atteintes par BSV; ce qui prouve leur hypocrisie un peu plus chaque jour.

Alors que les partisans de BTC estiment que seules les transactions monétaires devraient être écrites sur la blockchain (et que seules ces transactions sont précieuses), Bitcoin SV accueille toutes les données du monde, et les considèrent toutes comme précieuses. Vous ne pourriez pas avoir une opinion plus opposée sur un sujet.

Quelque part entre ces deux façons de penser opposées se trouve la multitude des altcoins, chacune se considérant digne d'enregistrer un certain type de données bien spécifique. Mais aucun autre projet n'englobe l'ensemble de toutes les données en leur accordant de la valeur.

La philosophie d'une blockchain n'est qu'une petite partie du puzzle. L'essentiel est que la philosophie soit entièrement soutenue par des prouesses techniques. De toute évidence, comme nous l'avons vu maintes et maintes fois, BSV continue d'exploser des records historiques en nombre de transactions.

Rien qu'en jetant un oeil aux métriques, BSV apparaît comme le roi de la technologie blockchain. Laissons de côté les promesses de capacités futures (surtout étant donné que l'écosystème blockchain est criblé de fausses promesses) - et concentrons-nous sur le classement actuel.

https://imgur.com/mcFSYat

Le graphique ci-dessus n'est pas basé sur des résultats théoriques de laboratoire. Il s'agit d'une métrique de ce qui a été démontré jusqu'à présent dans le monde réel, sur une blockchain publique, et en direct.

Techniquement, si vous ne regardez que les statistiques de la blockchain, BSV a enregistré plus de 3500 transactions par seconde (TPS). Cela s'est produit avec le record du monde de l'entreprise TAAL établissant un block de 309 Mo. Cependant, ce nombre a été intentionnellement omis du graphique car le traitement par TAAL n'a pas été effectué dans des circonstances habituelles.

Ensuite, il y a le réseau Bitcoin SV STN, qui est un réseau de test spécialement configuré pour tester l'évolutivité de Bitcoin. Celui-ci a récemment culminé à plus de 2400 TPS.

https://imgur.com/3bhqO5l

Mais comme le dit Daniel Connolly, développeur principal du logiciel Bitcoin SV Node, ce ne sont pas les performances de pointe, mais plutôt les performances soutenues qui sont importantes. Examiner les performances de pointe est une fausse mesure de la sécurité, que de nombreux projets utilisent frauduleusement. Mais même ainsi, sur le STN, BSV a atteint une performance soutenue de 1426 TPS pendant 8 heures. Un record.

Sans aucun doute, les opposants qui voient cela ne tarderont pas à sauter dans le train des «promesses». Oui, c’est vrai qu’Ethereum à une future version "Casper" qui prévoit d'augmenter son débit, et Cardano a des améliorations prévues aussi… mais et alors? Pensez-vous que les ingénieurs de nœuds BSV sont assis à se tourner les pouces en attendant? BSV a le projet Teranode en développement qui éclipsera les chiffres actuels avec des blocs de plusieurs TeraOctets. Mais ne nous laissons pas trop emporter par les promesses - je les méprise comme personne.

La philosophie de BSV de passer à l'échelle rapidement signifie que les nœuds ne sont pas des machines pour amateurs. Le refrain de BTC selon lequel «tout le monde a besoin de gérer son propre nœud» est un moyen sûr de s'assurer que votre blockchain ne passera jamais à l'échelle.

BSV est résolu à se retrouver dans des datacenters - et fidèle au livre blanc de Satoshi Nakamoto, il permet aux utilisateurs d'être de simples utilisateurs. BSV n'essaye pas de forcer les utilisateurs quotidiens à devoir tenir un registre de l'historique complet des transactions de la blockchain, comme ça semble être l'obsession de BTC. BSV souhaite que sa blockchain héberge le futur d'Internet, que nous avons baptisé le «Metanet». Personne aujourd'hui ne s'attend à ce que vous ayez l'intégralité d'Internet sur votre ordinateur à la maison, et Bitcoin ne s'attend pas non plus à ce que vous ayez l'intégralité du Metanet chez vous.

Les utilisateurs peuvent alors être de simples utilisateurs - et ils peuvent toujours fonctionner en toute sécurité à l'aide de preuves appelées "SPV". SPV signifie "Vérification de Paiement Simplifiée", c'est une méthode que Satoshi Nakamoto a décrite pour la première fois dans le livre blanc de Bitcoin. À l'échelle mondiale, les portefeuilles SPV sont une nécessité absolue. Le concept est simple, mais les détails de la méthode ont été omis par Satoshi, et l'entreprise nChain détient maintenant le brevet decette méthode. Cela garantit la protection de la technologie SPV au protocole Bitcoin original qui survit sous le nom BSV, et assure son avenir pour le passage à l'échelle.

Selon le directeur scientifique de nChain, le Dr Wright: «Les utilisateurs du système sont uniquement tenus de conserver une copie de l'en-tête des blocs auxquels ils peuvent comparer leurs transactions. À l'heure actuelle, l'en-tête d'un bloc a une taille inférieure à 50 Mo. De nombreux fichiers d'image dépassent cette taille. La croissance de ces données est linéaire, alors que le système Bitcoin évolue par la loi de Moore et donc de manière exponentielle.»

En d'autres termes, les portefeuilles Bitcoin de tous les jours, comme celui sur votre smartphone, resteront toujours utilisables quelle que soit la taille de la blockchain, et ce tout en restants sécurisés.

Et comme nChain détient le brevet de cette technologie, si une autre blockchain souhaite évoluer à l'échelle mondiale et éviter d'une manière ou d'une autre que chaque utilisateur doive faire tourner son propre serveur de noeud, elle devra trouver une nouvelle façon de le faire. On leur souhaite bonne chance.

BSV a avancé à pas de géant face à la concurrence, et il ne fait aucun doute que beaucoup d'entreprises dans le monde qui s'intéressent à la blockchain commencent à en prendre conscience. Il n'y a qu'un seul projet blockchain qui a non seulement prouvé sa volonté d'évoluer, mais qui l'a démontré par des records historiques, et a également protégé son avenir avec une série d'inventions et de brevets.

inspiré et traduit de l'article en anglais: https://coingeek.com/blockchains-dont-scale-except-bitcoin-sv/
submitted by zhell_ to BitcoinSVFrance [link] [comments]

Impot et Crypto - Cherche renseignement

Bonjour à tous !
J'ai investit un petit peu d'argent (assez peu mais l'espoir fait vivre!) dans les cryptocurrency et même si pour le moment cela m'a couté plus que cela ne m'a rapporté, je m'interroge sur comment gérer un potentiel gain future vis à vis de l'état.
J'ai vu que la loi avait changé le 26 avril pour mettre ca sur le plan des bien meubles. J'ai du mal à comprendre comment cela marche en détail.
Par exemple, il est mentionné une exonération si le produit vendu est inférieur à 5000e. A quoi cela correspond pour le bitcoin par exemple ? Au prix du bitcoin même (auquel cas, si je vends 0.000001 btc je suis quand même taxé?) ou au prix de ma vente finale ?
Si je fais plusieurs ventes de (chiffre ficitif) de 0.1 btc a 4000 euros chacune, je serais taxé ou alors ca rentre dans la clause d'exonération? Si c'est assimilable aux vins (même catégorie), j'aurais tendance à dire oui, mais cela parait un peu facile vu qu'il est simple de vendre des "bouts" de son patrimoine de crypto au lieu de son entier.
Ou alors, est-ce que l'abattement est de 5000 euros de plus-value totale à l'année, tout produit confondu ? (ex: si je vends 1 vin a 5000e après je n'ai plus le droit à d'abattement sur un autre vin ou sur du bitcoin? ca paraitrait bizzare aussi....)
J'ai aussi miné un petit peu (avec deux cartes graphiques donc rien de pro) et je ne sais pas comment déclarer cela. Compte tenu de l'investissement en matériel et électricité j'ai probablement dépensé plus que la valeur de ce que j'ai miné. Dois-je quand même déclarer quelque chose ? Lors de la revente de cela, pourrais-je déduire mes frais (matériel/électricité) du prix de revente finale ou serais-je taxé comme si j'avais obtenu cela gratuitement ?
J'ai envie de faire les choses bien mais j'avoue que la complexité de la chose me rebute fortement.
Merci pour l'aide que vous pourrez m'apporter.
EDIT : après d'autres recherches, j'ai vu que l'exonération de 5K était par transaction donc en théorie faire des ventes de 4900 permet de ne pas payer d'impots mais si on le fait trop souvent (encore un critère vague de l'état) l'état peut qualifier cela d'abus et en gros nous faire passer en régime "pro", taxé a 45+17% au lieu du 19+17 sinon. Il semble que la prochaine loi se tourne vers une taxation fixe a 30% sur la pluvalue.
submitted by mydi_ to vosfinances [link] [comments]

[Résumé] White paper de Ethereum

tl;dr : Même résumé, ce white-paper est vraiment énorme. Les plus faignants devraient lire uniquement Pourquoi une nouvelle chaîne ? et Les contrats. L'un décrit la philosophie générale du projet, l'autre est l'innovation la plus impressionnante.
Pourquoi une nouvelle chaîne ?
Le protocole Bitcoin est très bien pour gérer une monnaie. Quand on a voulu implémenter d'autres concepts tels que "colored coins" et "smart property" de façon décentralisée, on a d'abord essayé de le faire en s'appuyant sur la blockchain Bitcoin. C'est la meilleure façon de faire, en informatique et surtout en cryptographie que de réutiliser un maximum de composants éprouvés.
Seulement si le protocole Bitcoin est très bien pour gérer une monnaie, il n'est pas prévu pour être générique. Du coup, implémenter des choses différentes dans la blockchain peut relever du casse-tête et demander de faire des choix discutables pour tout faire fonctionner.
Ethereum propose donc une blockchain prévue pour être générique. Léger en fonctionnalité, l'accent est mit sur la souplesse du protocole. Ainsi, si au départ Ethereum ne fait pas grand chose, il évoluera avec le temps et les idées de chacun.
La blockchain Ethereum
Dans cette partie, nous verront les principales différences entre la blockchain Ethereum et la blockchain Bitcoin.
** Version modifiée de GHOST **
Dans la blockchain Bitcoin, un bloc en suit toujours un et un seul autre. Si deux blocs valides suivent le même bloc, un seul des deux sera retenu dans la chaîne officielle, l'autre sera déclaré orphelin.
Le problème de cette approche est que la puissance de calcul qui a servi à générer le bloc orphelin est purement et simplement perdue. Cela a un impact considérable lorsqu'il y a beaucoup d'orphelins. Hors augmenter la vitesse de création des blocs (un bloc toute les dix minutes pour Bitcoin) augmente le nombre de blocs orphelins, cette augmentation est donc dangereuse pour la sécurité de la chaîne.
GHOST permet de palier à ce problème de puissance de calcul perdu. Ceci en faisant en sorte qu'un bloc référence non seulement son parent, mais aussi les blocs orphelins. Ainsi les orphelins ne sont plus perdus et renforcent, par leur proof of work, la difficulté pour un attaquant de créer une chaine parallèle.
Note : une description plus détaillée de GHOST est disponible en français ici.
La version de GHOST proposée par Etherneum est très légèrement modifiée. Principalement un bloc ne peut plus référencer n'importe quel orphelin de la chaîne, mais seulement les frères de son bloc parent. Ça réduit le rattrapage d'orphelins à un seul niveau, mais ça permet d'éviter que des petits malins s'amusent à miner des orphelins à côté du Genesis bloc là où la difficulté est moindre.
Avec ça l'intervalle entre les blocs sera de 60 secondes et la sécurité devrait être comparable à celle de Litecoin qui propose des blocs espacés de 2 minutes 30.
** La monnaie du réseau **
La monnaie du réseau sera l'ether. Son nom n'est pas le même que celui du protocole pour éviter les confusions comparables à celles qui existent entre le bitcoin (unité de compte) et le Bitcoin (protocole). Toujours pour éviter les polémiques qui remplissent le forum, les sous-unité de l'ether sont déjà nommées (ou presque) 1 ether = 1 000 finney = 1 000 000 szabo = ... = 1 000 000 000 000 000 000 wei. Les noms compris dans le "..." ne sont pas encore définits.
Cette monnaie reste sommaire. Il n'y a pas d'histoire de double signatures, de transactions dans le futur,... Toutes ces choses-là pourront être implémentées dans les contrats que nous verrons plus bas. L'utilité première de cette monnaie est de pouvoir payer les frais de transaction et servir de récompense pour les mineurs assurant la sécurité du réseau.
Dans Bitcoin, il n'y a pas de notion directe de solde à une adresse. Les transactions génèrent des "sorties" qui peuvent être utilisées pour créer de nouvelles transactions. Le solde d'une adresse est donc la somme de la valeur des sorties non dépensées associées à une adresse. Ethereum élimine ce concept que personne ne comprend. Ethereum tient à jour une association "adresse = solde" pour toutes les adresses qui ont plus de zéro ether.
D'un point de vue financier, le projet Ethereum sera crowdfundé (euh... il y a un verbe équivalent en français ?). Ce n'est pas technique comme information, mais ça à son importance pour la répartition des premiers ether. En effet, les investisseurs et le projet lui-même se partageront une somme initiale en ether. Ensuite les mineurs prendront le relais comme créateurs de valeur. Les blocs généreront toujours la même quantité d'ether, ayant deux effets. Premier effet, la valeur initiale acquise par les investisseurs va s'amenuiser peu à peu, il n'y a pas de nombre maximum d'ether jamais créé. L'inflation sera tout de même réduite au fil du temps, si produire 50 pièces quand il y a 50 pièces en circulation crée une inflation de 100%, produire 50 pièces sur 5000 pièces en circulation crée une inflation d'1%.
** Algorithme de Minage **
Bitcoin utilise des hash sha256 pour son proof of work. Demandant au mineur de trouver une valeur d'un champ libre de son bloc telle que le hash du bloc soit suffisamment prêt de zéro. Ce qui est "suffisamment" prêt est réglé par la difficulté. Cette façon de faire pose un problème : les ASIC. Ces machines qui coûtent un bras et rendent n'importe quelle carte graphique as-been on une vilaine tendance à concentrer la puissance de calcul dans les bras des plus riches. Et une puissance de calcul concentrée est mauvaise pour la sécurité.
Une autre façon de faire est d'utiliser Scrypt à la place de sha256 comme algorithme de hash. Scrypt est plus gourmand en mémoire, rendant les ASIC moins efficace comparés aux systèmes généralistes. Seulement Scrypt ne demande que 128 kilo octets de mémoire et les fabricants d'ASIC commencent à arriver à trouver des designs qui valent le coup. On ne peux pas simplement augmenter la mémoire consommée par Scrypt, car c'est une lame a double tranchant. Il faut beaucoup de mémoire pour calculer le proof of work, mais il en faut autant pour vérifier le proof of work. Demander a tous les noeuds du réseau de disposer autant de mémoire qu'un laptop moderne pourrait faire sauter beaucoup de raspberry-pi.
Pour pallier aux problèmes de Scrypt, Ethereum utilisera un autre algorithme de minage (pas basé sur du brute forçage de hash) nommé Dagger qui devrait prendre 100 Mega octets de mémoire pour générer le proof of work, mais seulement 100 Kilo octets pour le vérifier.
** Transactions **
Une transaction contient l'adresse du receveur, le nombre d'ether transférée, des données arbitraires et une signature. L'adresse de l'expéditeur peut-être déterminée depuis la signature.
La partie la plus intéressante c'est la présence de données arbitraires. On peut y metre ce qu'on veut (si j'ai bien compris). Le protocole définit son utilisation pour créer les contrats... Que nous verrons très vite.
Une autre chose à noter, il n'y a aucun moyen de préciser les frais de transactions. Ceux-ci sont déduit automatiquement et la transaction ne sera valide que si l'adresse source a assez de fond pour payer la valeur et les frais. Les frais de transactions auront le droit a leur propre paragraphe.
Les contrats
Les contrats sont des agents virtuels dans le réseau. Ils ont une adresse avec laquelle ils peuvent emmètre et recevoir des ether, un programme qui est activé quand le contrat reçoit une transaction, un espace mémoire volatile pour faire ses calculs (une espèce de mémoire vive) et un espace mémoire persistant pour y stocker des données entre deux activations.
Le programme est écrit dans un langage spécifique, étudié pour les spécificités d'Ethereum. Ce langage est Turing-complet, c'est-à-dire qu'il dispose d'une entrée, d'une sortie et permet de résoudre à peu près n'importe quel problème. Ses entrées sont principalement les fameuses données arbitraires des transactions qu'il reçoit et sa sortie est l'espace mémoire persistant. En plus de ça, le langage permet d'envoyer des transactions et d'inspecter la blockchain.
Pour illustrer ce que les contrats peuvent faire, dans le white-paper vous pourrez trouver plein d'exemples d'implémentations simplistes de problèmes courrants. Il y a une monnaie alternative, un produit dérivé financier, une émulation de Namecoin (pas simpliste, vraiment minimaliste) et plein d'autres embryons d'idées.
Pour créer un contrat, on doit envoyer une transaction sans adresse de destination, contenant le code du programme. L'adresse du contrat est déterminée à partir du hash de la transaction qui l'a créé. C'est à cette adresse qu'il faut envoyer des transactions quand on veut activer le programme.
Les frais de transaction
Dans Bitcoin les frais de transaction sont optionnels, au pire la transaction est rejetée ou délayée longtemps. Dans Ethereum, autoriser de ne pas mettre de frais de transaction serait infaisable. Les agents exécutent des programmes Turing-complet, si un de ces programmes faisait une boucle infini gratuitement, il mettrait a genoux le réseau en un rien de temps.
Bilan, des frais de transaction en dur et non-négociables. Il y a des frais différents pour à peu prêt tout, de l'envoie d'une transaction a l'exécution d'une ligne de code par un agent. Pour que ces frais s'ajustent avec le temps ils se basent sur un frai de base qui change en fonction de la difficulté. Plus la difficulté est grande, plus le frai de base est petit. Ainsi, si le court (en bourse) de l'ether augmente, les mineurs sont incités à ajouter plus de puissance de calcul et les frais diminuent pour compenser l'augmentation de la valeur de l'ether. Au contraire si le court diminue et que des mineurs se retirent, les frais augmentent puisque l'ether à moins de valeur.
Quelques références :
Elles sont toutes en anglais.
submitted by JeanBono to BitcoinFrance [link] [comments]

Metatrader 4 BITCOIN : Les modèles de graphique Cours du Bitcoin en direct [LIVE] Gagner de l'argent grâce aux cryptomonnaies Analyse Bitcoin : 15000$ de gain + une opportunité Effondrement du BITCOIN !! Explication et Analyse

Bitcoin - Euro Graphique (BTC/EUR) Le taux de conversion entre Bitcoin et EUR pour aujourd'hui est de €9 067,14. Cette crypto-monnaie dispose d'une offre actuelle en circulation de 18,5 million unités et d'un volume total d'échange de €13 683 115 800 Quelle est la valeur réelle du bitcoin : les éléments à prendre en compte. Dans cette section nous allons entrer dans les détails de ce qui fait ou contribue à faire la valeur du bitcoin. En réalité de nombreux facteurs influencent le prix du bitcoin et nous allons tenter de les lister ci-dessous. Bonjour amis traders, Vous trouverez dans le graphique ci-dessus une stratégie simple et rentable pour trader le BITCOIN, tant en bull qu'en bear market. De plus, vous trouverez quelques exemples de trades. Tous les trades possibles ne sont pas indiqués afin de ne pas surcharger le graphique. Consultez le graphique Bitcoin / Euro en direct pour suivre les dernières évolutions de prix. Des idées de trading, des prévisions et des nouvelles du marché sont également à votre disposition. Le graphique ci-dessous vous permet de consulter le cours du bitcoin SV en dollars américains sur Bittrex. Dans la barre d'outils supérieure, vous pouvez zoomer l'échelle de temps à l'heure, à la minute ou secondes (l'heure indiquée est celle de Paris/Europe - UTC+2) et choisir une courbe type chandelle ou linéaire.

[index] [3252] [5087] [1983] [3700] [5000] [5562] [6915] [3124] [6680] [180]

Metatrader 4 BITCOIN : Les modèles de graphique

Metatrader 4 BITCOIN : Les modèles de graphique Retrouvez tous les indicateurs et les manières d'utiliser METATRADER 4 Vidéos sur les indicateurs Vidéos sur ... En bonus je vous partage en fin de vidéo un graphique à l’échelle journalière et hebdomadaire de la dominance bitcoin face aux altcoins. Cependant les cartes graphiques comme sur le Bitcoin coût extrêmement cher et la difficulté de calcul comme par exemple le Bitcoin et de plus en plus difficile à résoudre ce qui rend les ... Découvrez l'analyse graphique de la semaine du Bitcoin ainsi qu'une opportunité de trade habituellement réservée à mes clients ! Je vous dévoile également comment j'ai réalisé un gain de ... Cours du bitcoin en direct avec mon analyse graphique. IL N'Y A PAS DE SON, C'EST NORMAL ! Ce direct partage uniquement le cours du bitcoin en direct ainsi que l'évolution de mon analyse du ...

https://forum.steemmining.website